Les limites des hydrorétenteurs Pétrochimiques en agriculture


Risque sanitaire
Risque sanitaire
Risque environnemental
Risque environnemental
Prix de vente trop élevé
Prix de vente trop élevé


Le principe actif des hydrorétenteurs pétrochimiques est essentiellement un polymère de synthèse, à base d'acrylamide ou d'acrylique.

 

RISQUE SANITAIRE

Lorsqu'ils se dégradent, ces polymères libèrent des monomères d’acide acrylique ou d’acrylamide qui sont cancérogènes avérés, mutagènes, neurotoxiques, et reprotoxiques suspectés.

 

Or ces molécules, peuvent être absorbés par les plantes et se retrouver dans les fruits, légumes et céréales. Ce qui fait courir un risque important pour la santé des consommateurs. En 2011, une étude philippine démontre la présence d’acrylamide dans le chou et la moutarde cultivés à l’aide d’hydrorétenteurs pétrochimiques.

 

RISQUE ENVIRONNEMENTAL

De plus, la dégradation des polymères de synthèse, et leur dispersion naturelle dans les sols et les nappes phréatiques, peuvent entraîner une pollution par accumulation, et une exposition dangereuse pour la santé humaine via la consommation des eaux contaminées.

 

Devant l'absence d'études scientifiques prouvant l'innocuité des polymères de synthèse sur la santé et l'environnement, et devant les risques majeurs qu'ils peuvent faire courir sur la santé des consommateurs, l'Agence nationale de sécurité sanitaire, de l'alimentation, de l'environnement et du travail, a exclu leur utilisation sur les cultures alimentaires.

 

PRIX DE VENTE TROP ÉLEVÉ

A cela s'ajoute des prix de vente qui ne sont pas en adéquation avec les revenus des agriculteurs.

 

Ces prix trop élevés, associés à des minimums de conditionnement à acheter, ne permettent pas aux agriculteurs les plus modestes (environ 500 millions sur la planète) d'utiliser l'hydrorétention pour améliorer leurs revenus et protéger l'environnement.

 

Et avec des prix de vente trop élevés,  il est également impossible de mettre en œuvre des programmes d'envergures de réhabilitation des terres et des forêts dégradées, dont le coût doit être minime si l'on traiter de grandes surfaces.


pour aller plus loin