la dégradation des terres et des forêts


12 millions d'hectares de terres arables et 13 millions d'hectares de forêts sont perdus chaque année.

 

Les conséquences sont d'ordres environnementales : perte en fertilité des sols, effondrement de la biodiversité, affaiblissement général du rôle régulateur des écosystèmes, accroissement du réchauffement climatique...

 

Elle sont également humaines, avec la détérioration des conditions de vies des populations :

  • malnutrition,
  • famine,
  • vente du bétail et des biens,
  • dislocation des familles,
  • conflits d'accès aux ressources qui mènent à la déstabilisation politique de régions entières,
  • exodes économiques vers les grandes villes...

Les impacts vont bien au-delà des zones concernées : l'ONU estime par exemple que d'ici 2020, 60 millions de personnes vont migrer des zones dégradées de l'Afrique subsaharienne vers l'Afrique du Nord et l'Europe

le défi : réduire l'utilisation des engrais et des produits de traitement


Le défi majeur est de réduire l'utilisation des engrais et des produits de traitement, pour relancer les services écosystémiques sur lesquels repose le bien-être des populations.